ITW⎜Dans l’imaginaire du remarquable jeune Designer Rhys Ellis

Comment le diplômé de la Birmingham City University conçoit des vêtements durables à partir de déchets

in brief

Le jeune designer Rhys ellis nous a parlé de sa dernière collection printemps/Ete 2018 qu’il a présenté à Londres en Septembre dernier. Le style bien à lui de ce jeune designer diplômé de Birmingham City University, a attiré nôtre attention et pas uniquement puisque sa très étonnante collection de fin d’études, composée de matériaux recyclés lui avait déjà valu un carré d’exposition dans l’enseigne prestigieuse britannique Selfriges.

Après une période passée en Asie dans les villes de Shangai et de Changshu, le créateur nous a accordé une interview dans laquelle nous sommes revenus sur son parcours et sa dernière collection dans laquelle il nous sensibilise au blanchiment corallien.

futur404 : Un an après ta fin d’études, comment se déroule la suite de ton parcours ?

Rhys Ellis : « Cette année a été formidable car avoir fait défilé mes créations m’a ouvert pas mal d’opportunités. J’ai pu avoir un autre regard de l’industrie, vue de l’intérieur avec notamment les différents secteurs qui la composent, ce qui a favorisé l’impulsion pour me décider à lancer ma marque Rhys Ellis. »

futur404 : Quel a été le point de départ de cette collection et quel est le message que tu as voulu adresser ?

R.E : « Nous sommes à un tournant de l’histoire car l’environnement se dégrade de plus en plus autour de nous mais cela ne semble rien changer au fait que le secteur de la mode et surtout la fast fashion continue à produire plus que le nécessaire. Au regard de cela, j’estime qu’il est important d’agir.  J’ai voulu commencer tout comme j’entends continuer, en utilisant utiliser des matériaux qui ont un effet néfaste sur l’environnement (capsules de café) et en les transformant en textiles qui peuvent être utilisés pour façonner autour du corps. »

futur404 : À qui étaient destinées ces créations ?

R.E : « Celle collection n’avait pas de cible particulière, elle était surtout conçue pour alerter les gens sur l’impact néfaste que l’homme a sur notre planète. Mon but premier était de faire deviner au public le matériau utilisé pour la conception des vêtements puis dans un second temps de montrer les possibilités innovantes que permettent le recyclage d’objets. »

futur404 : Cette idée d’utiliser des capsules de café comme « textile » de base pour tes vêtements, était-ce une façon de délivrer un message ou ta volonté de juste faire quelque chose de différent ? 

R.E : « Oui, le but derrière était d’adresser un message non pas aux acteurs de l’industrie uniquement mais à tout ceux qui pourrait juste passer devant. Concevoir des vêtements dits durables est un point central de ma marque Rhys Ellis mais mon ambition dans cette collection était d’éveiller l’imagination  des personnes et faire passer un message. Les pièces de cette collection n’étaient pas tellement faites pour être portées en tant que vêtements. »

futur404 : Quel sentiment cela fait de voir son travail exposé chez Selfridges ? Comment vous ont-ils approché ?

R.E : « C’était un grand honneur de pouvoir voir mes créations à Selfridges, exposées parmi celles de nombreux autres créateurs. Surtout que l’enseigne adopte une bonne politique en matière de développement durable et notamment en terme d’usage du plastique. C’est l’endroit rêvé selon moi pour avoir ma marque distribuée. L’enseigne m’a approché et m’a simplement proposé de collaborer avec eux et j’ai dit oui. »

futur404 : Tes créations t’ont faites beaucoup voyager. Comment décrirais-tu ces expériences à l’étranger ?

R.E : « Chaque expérience m’a ouvert différentes opportunités mais le temps que j’ai passé dans les villes de Changshu et de Shanghai m’a permis de comprendre quels sont les goûts des gens là-bas et j’ai pu voir les rouages de l’industrie de la mode également. »

futur404 : Ta collection printemps/été 2018 a pour nom ‘White horses’. Pourquoi cet intitulé ?

R.E : « Les chevaux blancs » sont une juxtaposition à la collection elle-même. Cette collection déplore le blanchiment et la détérioration des coraux, qui sont le résultat des actions de l’homme sur la nature. Le choix des chevaux blancs représente cet imaginaire romantique que l’on a de chevaux blancs qui galopent en liberté tout comme celui des vagues qui s’abattent sur les bords de plages. »

futur404 : Peux-tu nous parler de ta façon de travailler : des techniques que tu utilises ou de l’équipe qui t’entoure ?

R.E : « Je commence tout d’abord avec un concept qui m’inspire autour duquel je crée une palette de couleurs. Par la suite, j’enchaîne sur un travail de développement du textile que j’effectue de façon manuelle et aussi grâce à la technologie.  La collection S/S18 par exemple m’a permis d’introduire du tricot. Pour réaliser cela j’ai notamment collaboré avec le designer Oliver Thomas Lipp afin de pouvoir développer des textiles qui se mêlent bien au concept et qui s’accordent esthétiquement à ce que je souhaite créer. »

futur404 : Si tu devais donner le nom d’un designer ou d’un artiste qui t’inspire dans ton travail ou que tu admires réellement ?

R.E : « J’ai eu la chance d’apprendre auprès d’Iris Van Herpen et je travaille de façon étroite avec elle. Je l’admire non pas seulement à cause de son approche innovante du textile mais aussi pour ses qualités personnelles, elle est terre à terre, très aimable et accessible. »

Cliquez sur sur le lien suivant  pour découvrir l’univers fantastique des créations de Rhys Ellis.

Subscribe
There's always more to discover. Subscribe to our newsletter to explore the unfound.