Nike Flyleather

La petite grande révolution

La semaine passée, Nike révélait son nouveau super-matériau Flyleather, un projet ayant vu le jour suite au efforts de la marque réalisés afin d’atteindre un objectif de 50 milliards de dollars de chiffres d’affaires en 2020 tout en réduisant de moitié son impact environnemental. Avec ces deux objectifs business et environnementaux en tête, en partenariat avec la société britannique E-Leather, Flyleather pourrait se révéler être une révolution plus importante encore pour la marque et l’industrie au global qu’elle ne le laisse paraître de prime abord.

Dans une usine classique fabriquant des souliers à base de cuir, 30% de la peau d’une vache peut finir en chutes, en des proportions trop petites ou défectueuses pour être utilisées. Plutôt que de les envoyer directement au dépotoir, Nike entreprend de les transformer en une nouvelle matière. Semblable au procédé de son partenaire, dans le but de concevoir des sièges en cuir recyclé pour les secteurs de l’aviation et l’automobile ; le dernier super-matériau de la marque à la virgule utilise au moins 50% de cuir recyclé, a une empreinte carbone d’environ 80% moins importante que le cuir traditionnel et utilise 90% mois d’eau. Il est également plus léger et plus durable que le cuir traditionnel. Incarnant la dernière tentative de Nike dans la réduction de l’empreinte carbone de ses souliers, le matériau a été créé en transformant des chutes en fibres qui sont ensuite mélangés avec des fibres synthétiques afin de concevoir des chaussures moins dangereuses pour la planète.

Plus précisément, afin d’obtenir ce résultat, le matériau est créé à partir de fibres de cuir fusionnés avec un mélange de polyester, offrant plus de flexibilité que le cuir traditionnel. Les chutes sont ansi émiettés puis transformés en pâte à l’aide de puissants jets d’eaux. Cette pâte est alors roulé en feuilles de cuir et les chutes restantes sont réintégrés aux tas utilisés, formant ainsi un cycle vertueux ininterrompu.

Cette incroyable nouveau matériau pourrait, à première vu, praître accessoire , car il n’est pas sans rappeler Flyknit. En effet, Flyknit utilise de la matière brodée sur le dessous du soulier et a permit à la marque de réduire ses déchets de 1,6 millions de kilos depuis son introduction en 2012. Cependant, Flyleather est conçue d’une manière permettant d’éviter de générer des chutes lors de la découpe, étant convertis en rouleaux plutôt que de répliquer la peau de vache. Désormais, l’une des prochaines étapes des plus importantes pour Nike sera de déterminer comment les chaussures Flyleather pourront se recycler à l’infini.

« La vision de Nike veut que nos produits, dans leur production, forment un cycle vertueux, ce qui signifient qu’ils doivent requérir le moins de matières possibles et doivent être assemblés de manières à leur permettre d’être recyclé en de nouveaux produits en bout de chaîne. À long-terme est de créer des cercles vertueux sans déchets aucuns. En tant qu’entreprise, nous innovons en termes de matériaux et de procédés de fabrication tout en travaillant à trouver des solutions à ce problème complexe, et explorons constamment comment Flyleather pourrait être recyclé et repensé en une nouvelle matière innovante. » Hannah Jones, chief sustainability officer and vice president of the company’s innovation accelerator de Nike dans Fast Company, September 2017

Cette véritable percée en la matière, qui va bien au-delà de l’upcycling, promet d’avoir un impact environnementaux des plus positifs. Cela s’accompagne également d’importantes opportunités d’affaires. En effet, l’un des plus gros challenge à date pour Nike est d’en faire un nouveau standard, incorporant ainsi Flyleather dans une gamme de souliers de performance. De même, cela implique de convaincre les athlètes que Nike a conçu un cuir amélioré qui surpasse le cuir traditionnel, ce qui permettrait à la société d’être présents dans un plus large nombre de catégories. Dans le même temps, il lui sera également nécessaire de convaincre ses consommateurs finaux que Flyleather est un matériau plus confortable et se porte tout aussi bien, si ce n’est mieux, que le vrai cuir. Ces deux challenges positionnement ainsi l’une des marques les plus connus au monde en mode startup. »

« Combien de fois êtes-vous parvenus à combiner durabilité, performance et esthétique en un seul produit ? Si vous gériez un portefeuille de start-ups, ce serait votre licorne. » Hannah Jones dans BoF, September 2017

La première version de la Flyleather, une version de la Tennis Classic disponible pour 85$ (72€), est disponible dès maintenant sur nike.com, mais aussi au sein de ses flagships à travers le monde, et également, au Dover Street Market. Aussi, Nike avait créé des éditions limités de sa Air Force 1, des Air Max 90, des Cortez et de ses Jordan 1 en version Flyleather, qui ont été présentée durant la New York Climate Week il y a peu.

Fort de ce nouveau super-matériau, Nike pourrait être en capacité de faire face à ses concurrents les plus féroces (Adidas, Under Armour) et, dans le même temps, de réinventer les pratiques de son industrie. Tandis que ce n’est pas la première fois que cette approche de la durabilité se voit adoptée, cela s’accompagne toujours d’une forme de satisfaction supplémentaire lorsque ce sont les leader de leurs marchés respectifs qui prennent de tels risques. Espérons donc à présent que ce nouveau standard se répande et nous guide vers un marché du soulier plus respectueux de l’environnement.

Subscribe
There's always more to discover. Subscribe to our newsletter to explore the unfound.