Couture | Nature vivifiante & impression 3D chez Iris van Herpen

Ludi Naturae : notre monde vu des yeux d'un oiseau

temps de lecture: 5 mn
in brief

Iris van Herpen a présenté sa dernière collection Couture ce matin à la Galerie de Minéralogie et de Géologie à Paris. La collection a été inspirée par les réflexions de la créatrice sur les formes du monde d’un point de vue microscopique.

Suivant son inspiration originale d’une exploration des paysages naturels et artificiels de notre monde, Van Herpen a collaboré avec l’artiste néerlandais Peter Gentenaar, connu pour capturer la « mémoire organique » et le mouvement dans ses délicates sculptures en cellulose à grande échelle. Pour le défilé, l’artiste a créé une installation flottante spécifique au lieu, qui s’épanouie telle une forêt environnant les vêtements à mesure que les modèles arrivaient sur le podium.

Une collection vivante et optimiste, fusionnant l’artificiel avec l’organique

La collection associe une palette de couleurs naturelles de verts flous et fanés, de jaunes, de bleus et de violets à la couleur de la peau et au noir. Les 21 silhouettes présentent des constructions avant-gardistes, des techniques et des matériaux innovants.

260 heures pour imprimer en 3D la «robe feuillage» grâce à la technique d’impression PolyJet

La robe Foliage a été imprimée en 3D grâce à la technique d’impression PolyJet.

Le défilé s’est ouvert sur la pièce techniquement la plus intéressante, une robe qui a pris 260 heures pour être imprimée en 3D ! La robe a été imprimée en utilisant la technique PolyJet, ce qui permet de créer des pièces en résine de haute qualité, avec une surface lisse. Cela fonctionne comme une imprimante à jet d’encre 2D : l’imprimante projette de petites gouttes d’un liquide photopolymère qui est instantanément traité grâce à la lumière UV (pour en savoir plus sur les techniques d’impression 3D, découvrez notre Guide d’impression 3D).

Initié en collaboration avec l’Université de technologie de Delft, le procédé «Feuillage» a été utilisé pour imprimer des motifs en forme de feuille aussi fins que 0,8 mm. De la tulle a ensuite été placée dans l’imprimante 3D pour imprimer la matière directement sur le tissu, créant une douceur exceptionnelle. Pour ce faire, les chercheurs ont développé un modèle paramétrique pour traduire les modèles 2D en données 3D. Trois variations de ce matériau ont été modifiées à l’échelle des gouttelettes, pour obtenir cette couleur et cette transparence. Fusionnant de la modélisation 3D numérique contrôlée avec précision et la nature analogique moins prévisible de la déformation.

« Data Dust »: modèles paramétriques déformés par calcul

La robe « Data Dust », photo de Yannis Vlamos.

Pour les pièces « Data Dust » (parmi lesquelles cette fascinante robe Kimono Dress), Van Herpen a déformé les motifs paramétriques, puis les soulevés grâce à une mousse spéciale, découpés au laser et collés à chaud sur une tulle de soie invisible, créant ainsi des glitchs radieux et captivants.

Ludi Naturae Dress, l’organza changeant de soie

Clôturant le show, la robe « Ludi Naturae », portée par l’influenceuse coréenne Soo Joo Park, est faite d’organza changeant de soie, de mylar et de velours qui ont été thermocollés, découpés au laser et désossés, créant un mouvement lent et volumineux.

💜 @soojmooj @irisvanherpen #irisvanherpen

Une publication partagée par Noémie Balmat 卓兒 (@futur.exe) le

Data Dust Dress, photo Yannis Vlamos.

Data Dust Jumpsuit and Headpiece, photo Yannis Vlamos.

Decrypt Kymono: un motif inversé (où l’espace négatif devient positif) qui se dissout graduellement en morceaux microscopiques est soulevé par la mousse, découpé au laser et ensuite thermocollé sur du tulle de soie invisible, dispersant le drapé du tissu. Photo Yannis Vlamos.

Decrypt Dress et collier Foliage asymétrique, photo Yannis Vlamos.

Entropy Gown : cuir nude et tissu liquide noir collé au mylar, découpés individuellement au laser en motifs ajourés perforés entremêlés, créant des gradations entrelacées du cuir au drapé volumineux. Photo Yannis Vlamos.

Shift Souls Dress : un motif inversé (où l’espace négatif devient positif) qui se dissout graduellement en morceaux microscopiques est soulevé par mousse, découpé au laser et ensuite thermocollé sur un tulle invisible en soie, dispersant le drapé de la soie changeante. Photo Yannis Vlamos.

Ludi Naturae Dress, photo Yannis Vlamos.

Subscribe
There's always more to discover. Subscribe to our newsletter to explore the unfound.