De l’URL à l’IRL: Pourquoi il faut suivre l’ouverture du magasin DePOP

L'application a ouvert son premier magasin à Los Angeles, précédent de prochaines ouvertures à New York, Milan et Londres

temps de lecture: 5 mn
in brief

Dans le désir d’aller au-delà de son écosystème mobile historique, la marketplace DePOP s’incarne dans le monde physique, un choix stratégique qui annonce une nouvelle ère du retail s’appuyant sur une communauté hétérogène et l’explosion actuelle du marché de la seconde main.

Alors que le retail traditionnel est en proie à de grands tourments, faisant face à une destinée incertaine entre apocalypse et renaissance faite de multiples fermetures de magasins de chutes des ventes et de faillites à répétition ; le marché de la seconde main lui n’en finit pas prospérer. En effet, en 2016, les consommateurs auraient dépensés près de 18 milliards de dollars en vêtements d’occasion au cours de l’année 2016, pour un chiffre global supposé atteindre les 33 milliards de dollars d’ici 2021.

Parmi les markeplaces et plateformes de m-commerce prometteuses du secteur se trouve DePOP, une application britannique créée par le confondateur de PIG magazine et de la marque de lunettes de soleils RETROSUPERFUTURE, Simon Beckerman. Ayant débuté comme un réseau social où les lecteurs de PIG pouvaient retrouver les pièces découvertes au sein du magazine afin de les acheter, l’application a été repensée par son fondateur afin de devenir une marketplace, un espace mobile sur lequel les utilisateurs peuvent découvrir ce que leurs amis et les individus qui les inspirent aiment, achètent et commercialisent. Baptisée « l’Oasis de la friperie pour millennials » par Vogue il y a deux ans de cela, l’application est, aux yeux de son créateur, bien plus qu’un espace de revente, mais une véritable marketplace dédiée à « tout ce qui est unique et créatif ».

« Dans DePOP, vous retrouverez des stylistes, des designers, des artistes, des magasins, des collectionneurs, des revendeurs de pièces vintages, des entasser compulsifs, des sneakerheads et bien plus. Notre communauté s’étend des créatifs les plus inspirants aux influenceurs et figures montantes des industries de la mode, du design, de l’art et de la musique. » Déclaration officielle issue du site internet de DePOP

Photo: Site officiel de DePOP

Ayant récemment atteint le nombre de 9 millions d’utilisateurs, avec environ 60 000 pièces référencées par jours, l’application a atteint la barre des 230 millions de dollars de vente au cours de l’année 2017, pour une augmentation de 130% de son chiffre d’affaires sur le marché américain. La recette de son succès ? Selon Beckerman, ses similitudes avec Instagram, plateforme la plus appréciée de l’industrie de la mode :

« Le fait que cela ressemble et procure la sensation de se retrouver sur Instagram est un vrai plus. Les gens y viennent et savent instinctivement comment s’en servir. » Simon Beckerman, fondateur de DePOP à Racked

Photo: DePOP

Suivant un schéma stratégique similaire à celui suivit par des marques comme The Real Real, Tradesy, ThredUp et Poshmark – toutes des startups digitales rendant l’achat d’occasion plus aisé et désirable – la prochaine étape pour se secteur consiste naturellement en l’ouverture d’un magasin physique ; DePOP a ainsi ouvert sa première boutique à L.A la semaine dernière, dans le quartier de Silverlake et prévoir également l’ouverture d’un second magasin à New York plus tard ce printemps. Comme Simon Beckerman l’a récemment déclaré à Racked, l’entreprise entend également ouvrir bientôt un espace à Londres, qui sera suivie par une ouverture à Milan en 2019. D’autres villes clés sont envisagés par la marque, où DePOP a vu les plus fortes croissances du nombre de ses utilisateurs aux USA, telles qu’Austin, Houston et Chicago.

Photo: DePOP

Du fait de l’expérience qu’elle s’est créée au sein de son magasin de New York situé dans China Town sur Mott Street (dédié à des événements communautaires, des expositions, un studio de photographie ainsi qu’à de nombreuses occasions pour sa communauté de créatifs de se réunir ainsi que de rencontrer les personnes en charge du magasin), l’annonce est loin de faire office de grande première pour DePOP en termes d’incarnation IRL. Cependant, on peut aisément s’attendre à ce que l’expérience proposée aille au-delà de la mécanique classique du retail, offrant un lieu ou la marque de m-commerce sera en mesure non seulement de rassembler sa communauté de créatif et de revendeurs tout comme de s’appuyer sur elle afin de proposer une relation d’un tout nouveau genre, dépassant l’aspect transactionnel d’un magasin classique.

Pour plus de détails, assurez vous de lire l’article disponible sur Racked.

Subscribe
There's always more to discover. Subscribe to our newsletter to explore the unfound.